Théorie quantitative de la monnaie

En sciences économiques, la théorie quantitative de la monnaie est une théorie économique fondée sur la relation de causalité entre la quantité de monnaie en circulation et le niveau général des prix.



Catégories :

Théories et modèles économiques - Taux d'intérêt - Finance

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • ... La théorie quantitative de la monnaie met en relation d'une part la masse monétaire, supposons des pièces d'or, et sa vitesse de circulation... (source : wikiberal)
  • La théorie quantitative de la monnaie fait de la création monétaire la... de FISHER : MV = PY (Masse monétaire × Vitesse de circulation de la monnaie... (source : memoireonline)
  • Il a par conséquent circulé à une vitesse de 10 échanges dans l'année.... on observe que V est assez grand, cela veut dire qu'il y a assez peu de monnaie en circulation.... L'équation MV=PY est au cœur le la théorie quantitative de la monnaie.... (source : econo.free)

En sciences économiques, la théorie quantitative de la monnaie est une théorie économique fondée sur la relation de causalité entre la quantité de monnaie en circulation et le niveau général des prix. Cette théorie a été développée par différents auteurs dans différents pays. Le précurseur est Martin d'Azpilcueta, illustre Dominicain de l'École de Salamanque. Nous pouvons citer aussi, Nicolas Copernic[1] et Jean Bodin au XVIe siècle[2]. Elle a été reformulée par les théories monétaristes au cours des années 1970, dans une version restrictive, pour attaquer les théories keynésiennes. Les théories monétaires s'opposent sur le rôle de la monnaie dans l'économie. Les classiques et néoclassiques considèrent que la monnaie est neutre, les keynésiens affirment que la monnaie est active et qu'elle est parfois utilisée pour perfectionner les performances économiques, et les monétaristes pensent que la monnaie est active, mais que son utilisation est en particulier nocive à l'économie.


Définition

La première formulation de la théorie quantitative de la monnaie remonte au travaux de Jean Bodin en 1568. Ses travaux portaient sur les effets inflationnistes de l'arrivée de l'or en provenance du Nouveau Monde.

Les classiques (John Hicks surtout) ont formalisé la théorie quantitative à partir d'une équation de conservation de la quantité de monnaie échangée dans la totalité des transactions :

M * V = P * Y
Y est la production d'une économie pendant une période donnée (la production vendue),
P est le niveau des prix (les prix réels d'échange ex post),
donc P * Y représente la quantité d'argent échangée.
M est la quantité de monnaie en circulation dans une économie pendant cette même période.
V est la vitesse de circulation de la monnaie, c'est-à-dire le nombre de fois qu'une même unité de monnaie sert à régler des transactions au cours de la période reconnue.

Y et P sont des vecteurs ; M et V peuvent aussi être de simples nombres, dans la formulation la plus simple, mais comme il existe différents type de monnaie (billet, pièces, chèques, titres négociables, etc. ) qui circulent à des vitesses différentes, on peut aussi les traiter comme des vecteurs, ou comme Irving Fisher (1911) se limiter à deux types de monnaie :

M1 * V1 + M2 * V2 = P * Y

M1 et V1 représentent la monnaie centrale (billets et pièces) et leur vitesse de circulation ; M2 et V2 représentent la monnaie bancaire et la vitesse de circulation.


La vitesse de circulation et la répartition de la monnaie entre les différentes types font partie des éléments pris en compte par les monétaristes dans les estimations de la santé d'une économie. À court terme, sa valeur est reconnue comme stable, fonction des comportements de thésaurisation et des modes de paiements (liquide, chèque, carte bleue) des agents économiques.

Présupposés

L'équation précédente reflète une conservation incontestable, mais représente déjà une simplification comparé à l'équation idéalement rigoureuse, qui ferait intervenir une intégrale temporelle du produit de la quantité de monnaie disponible et de sa vitesse de circulation. Implicitement, on admet par conséquent que les différentes formes de la monnaie ont chacune une vitesse de circulation caractéristique assez constante dans le temps.

L'interprétation de l'équation dépend en outre d'autres hypothèse, surtout

  1. la question de savoir si la production de monnaie est endogène ou exogène : dans le premier cas, la monnaie est produite comme tout autre bien par l'économie elle-même, dans le second elle est une donnée pour l'économie ; de plus une partie de la monnaie peut-être exogène (ex : monnaie d'or) et une autre endogène.
  2. la question de savoir si (et comment) la quantité de monnaie disponible peut fluctuer (production minière, planche à billet, ... )
  3. l'existence ou non d'une illusion monétaire, phénomène selon lequel les agents économiques sont sensibles au prix nominaux (prix noté sur l'étiquette) plutôt qu'aux prix réels (ou prix relatifs : prix d'un bien comparé à un autre)
  4. la flexibilité ou la rigidité des prix nominaux (i. e. la possibilité qu'ils baissent ou augmentent aisément selon l'offre et de la demande du produit)
  5. le degré d'utilisation des capacités maximales de production du dispositif économie (production de plein emploi)

Selon les hypothèses, à partir de cette équation de base on conclura, par exemple,

Implications

Selon les monétaristes, la vitesse de circulation de la monnaie (V) est constante. De même pour le niveau de production (Y) qui est supposé constant du fait de la situation de plein-emploi des facteurs de production dans l'économie. Selon ces deux hypothèses, toute augmentation de la quantité de monnaie (M) entraîne une augmentation des prix (P). Cela amène les monétaristes à penser que l'inflation n'est qu'un phénomène purement monétaire. S'il y a de l'inflation dans une économie, elle ne peut être due qu'à une création monétaire excessive comparé au niveau de production du pays. Selon la théorie de Jean-Baptiste Say, la monnaie ne serait qu'un voile, c'est-à-dire que la sphère réelle de l'économie serait scindée de la sphère monétaire. La monnaie n'aurait aucun effet sur le niveau de production d'une économie (dichotomie classique). Actuellement, la théorie quantitative de la monnaie est couramment admise à long terme, ce qui n'est pas le cas à court ou moyen terme.

On constate cependant que l'augmentation de la masse monétaire observée depuis plusieurs années s'accompagne moins d'une hausse des prix à la consommation que d'une hausse des actifs immobiliers et financiers[3].

Vitesse de circulation de la monnaie

Pour les classiques et néoclassiques, la vitesse de circulation de la monnaie (tout comme le volume des transactions) est insensible aux variations de la quantité de monnaie. Néanmoins, il est admis que celle-ci diminue en période de crise. Mécaniquement, puisque MV=PT, les prix et/ou le nombre de transactions diminue. Par conséquent, on peut voir dans l'équation quantitative de la monnaie une justification de l'instrumentalisation de la monnaie à court terme : une hausse du niveau de la masse monétaire permettrait, en effet, de compenser cette diminution de la vitesse de circulation de la monnaie et de rétablir un niveau des prix qui rétablirait un équilibre macroéconomique.

Calcul

Le calcul de la vitesse de circulation de la monnaie V nécessite de connaître pour une période T la quantité M de monnaie disponible et le montant P des richesses créées pendant cette période (typiquement, un PIB). P et M doivent être dans la même unité (devise).

V = \frac{P*Y}{M}

À savoir

Le taux de liquidité est égal à l'inverse de la vitesse de circulation de la monnaie, soit 1/V.

Valeur empirique

Dans la zone euro, le PIB était en 2006 de 8 378 milliards d'euros tandis que les masses monétaires étaient respectivement de 3 756 (M1), 6 728 (M2) et 7 788 milliards d'euros (M3). La vitesse de circulation a par conséquent été de 2, 23 fois M1, de 1, 25 fois M2 ou de 1, 08 fois M3, selon le choix de présentation d'un agrégat du plus liquide vers le moins liquide.

La valeur de la vitesse de circulation a augmenté depuis 1980[4].

La valeur n'a pas de raison d'être bornée, elle peut être supérieure ou inférieure à 1.

Quand on dépense de l'argent, on ne l'a plus, il pourrait par conséquent sembler logique que si les Wikipédiens de 2012 ont 25 000 ψ, ils ne peuvent pas dépenser plus de 25 000 ψ, par conséquent la vitesse de circulation de la monnaie devrait être de 25/25, soit 1. Ce raisonnement oublie l'élément qui est à la base du monétarisme : quand une unité de monnaie est dépensée par un agent économique, ce dernier ne va pas nécessairement garder cette monnaie pour lui, mais va lui-même en dépenser tout ou partie, et en passant ainsi d'agent en agent, cette monnaie va permettre de créer à nouveau de la richesse d'une part et va revenir à celui qui l'a dépensée d'autre part.

Notes et références

  1. Nicolas Copernic : Monete Cudende Ratio
  2. Jean Bodin : Réponse au paradoxe de M. de Malestroict touchant l'enchérissement de toutes choses, et le moyen d'y remédier, 1578
  3. Banque de France, Bulletin de février 2007 : «De nombreux observateurs soulignent actuellement l'abondance de la "liquidité" dans le dispositif financier international. [... ] Malgré tout, la hausse des prix à la consommation est demeurée globalement maîtrisée et les anticipations d'inflation ancrées à un faible niveau. Seuls les prix des actifs immobiliers et financiers ont augmenté rapidement. Y a-t-il un lien de cause à effet avec l'expansion de la liquidité ? On ne dispose pas à ce stade d'un cadre complet d'analyse théorique. Néanmoins, de nombreux indicateurs permettent de le penser. »
  4. Bulletin de la Banque de France, N° 111 – MARS 2003 : voir graphique de la vitesse de circulation p. 64.

Histoire des idées économiques de Platon à Marx de J. Boncœur et H. Thouément Ed. CIRCA Armand Colin 2007

Bibliographie

Annexes

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : monnaie - circulation - vitesse - prix - production - économie - monétaires - théorie - économiques - quantité - niveau - selon - effets - équation - période - masse - quantitative - monétaristes - agents - conséquent - hausse - différents - jean - classiques - transactions - fois - différentes - terme - valeur - inflation -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Th%C3%A9orie_quantitative_de_la_monnaie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu