Cours forcé

L'expression «cours forcé», ou inconvertibilité, correspond au régime monétaire dans lequel les banques sont dispensées d'échanger le papier-monnaie contre du métal précieux.



Catégories :

Politique monétaire - Finance

Page(s) en rapport avec ce sujet :

  • Le terme de cours forcé a en particulier servi à définir la situation du papier-monnaie dans certains pays ainsi qu'à certaines époques, par exemple celle des assignats... (source : universalis)

L'expression «cours forcé», ou inconvertibilité, correspond au régime monétaire dans lequel les banques (banques de second rang ou banque centrale) sont dispensées d'échanger le papier-monnaie contre du métal précieux. L'adoption du cours forcé met fin à un dispositif fondé sur l'étalon-or.

À la différence du "cours légal" qui oblige le créancier à accepter des monnaies en paiement, le cours forcé impose la circulation des monnaies à une valeur nominale sans aucun rapport avec leur valeur métallique. Le cours forcé apparaît comme l'extrême limite du cours légal : n'étant plus convertible en métal, le billet ayant cours forcé circule à sa valeur nominale. Mais sans cours légal ou forcé, la monnaie peut néanmoins être inconvertible.

Pris séparément, le cours légal en lui-même ne renvoie qu'à la circulation de la monnaie. Le cours forcé renvoie à la valeur de la monnaie et sa fixation.

Histoire

Au tournant du XXe siècle, la suppression de la libre convertibilité des monnaies permit aux banques centrales de protéger leurs stocks d'or et d'émettre tout autant de papier-monnaie que l'exigeaient les différents gouvernements.

La Banque de France fit ainsi des «avances» au Trésor qui furent employées pour payer les différentes commandes ce qui fit marcher la "planche à billets". Dans l'ensemble des Etats en guerre, l'augmentation du volume des billets (inflation fiduciaire) se traduisit par une hausse du niveau général des prix et par une baisse de la valeur de la monnaie.

Entre 1797 et 1819, en suspendant ses paiements en or, la Banque d'Angleterre donne naissance à la fameuse controverse entre l'école de la circulation et l'école de la banque.

En France, avant son adoption définitive à partir de 1936, le cours forcé a existé entre 1848, date à laquelle le monopole d'émission est définitivement confié à la Banque de France, et 1850, puis de 1870 à 1875 (rétablissement de l'étalon-or), puis toujours entre 1914 et 1928. Mais ces épisodes n'apparaissaient que comme des suspensions de la convertibilité en métal. La France avait déjà eu à connaître le cours forcé avec les billets de la Banque royale de John Law (dit Système de Law) en 1719.

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : cours - monnaie - forcé - banques - valeur - légal - billet - france - métal - étalon - paiement - circulation - centrale - papier - adoption - nominale - renvoie - convertibilité - fit - école -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Cours_forc%C3%A9.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu