Billet de trésorerie

Un billet de trésorerie, d'une durée d'un jour à un an, est un crédit interentreprises, c'est-à-dire que les entreprises qui sont en phase de besoin de trésorerie, vont émettre elles-mêmes des billets de trésorerie qui vont être acquiss par...



Catégories :

Titre de créance négociable - Marché financier - Finance - Finance d'entreprise

Définitions :

  • titre négociable émis par une entreprise pour une durée de 10 jours à 7 ans et qui est cédé en échange de liquidité. A l'échéance de ce billet à ordre, l'entreprise rembourse le financeur du montant du nominal du billet de trésorerie plus une rémunération fixe. (source : geronim.free)

Un billet de trésorerie, d'une durée d'un jour à un an, est un crédit interentreprises, c'est-à-dire que les entreprises (généralement les plus grandes) qui sont en phase de besoin de trésorerie, vont émettre elles-mêmes des billets de trésorerie qui vont être acquiss par d'autres entreprises (entreprises classiques ou appartenant au secteur bancaire et financier) ayant des facilités de trésorerie.

Enjeux du billet de trésorerie

Les entreprises ne peuvent pas émettre aisément des billets de trésorerie, elles doivent satisfaire à des conditions de notation financière particulièrement précises établie par des organismes indépendants (les entreprises doivent établir des notes de gestion sur les six derniers mois pour justifier de leur santé financière et de leur solvabilité).

La France est au troisième rang mondial sur le marché des trésoreries – au premier rang dans l'Union européenne.

La croissance des billets de trésorerie a coïncidé avec le passage à l'euro, et la vague des fusions-acquisitions, qui ont créé des besoins de financement importants.

Caractéristique du billet de trésorerie

La durée des billets est de plus en plus courte : billets à particulièrement court terme (25 % aujourd'hui d'un à dix jours)

La rémunération de ces billets est particulièrement intéressante, proche des taux du marché monétaire. Le marché est particulièrement concentré, avec 20 entreprises en France (LVMH Moët Hennessy Louis Vuitton, Vivendi, France Télécom…) émettrices et des investisseurs : autres grandes entreprises et établissements de crédit (banques) et OPCVM (organisme de placement en valeurs mobilières).

Les billets de trésorerie (BT) sont des titres de créance négociable (TCN) émis par les entreprises (françaises ou étrangères) ayant accès au marché monétaire. D'une durée allant de 1 jour à 1 an, d'un montant minimal de 152 000 euros, le BT peut être émis à taux fixe ou avoir un coupon indexé sur une référence variable (le plus fréquemment l'EONIA). Quand il est émis à taux fixe les intérêts peuvent être payés à la fin (postcomptés) ou payés d'avance (IPA).

La notation financière du programme par une agence de notation (S&P, Moody's, Fitch) n'est pas obligatoire si l'émetteur est côté sur une place européenne (soit à la Bourse ou peut-être s'il existe des obligations cotées de ce même émetteur). Dans la pratique, rares sont les entreprises ayant un programme de BT non noté car de plus en plus d'investisseurs refusent d'acheter des BT non notés.

Dans la pratique le marché est spécifiquement actif sur des maturités inférieures à trois mois. Les taux d'emprunts sont spécifiquement bon marché pour les entreprises (moins élevés que pour des lignes de crédits). Ils sont généralement supérieurs de quelques points de base (ou basis point, 1bp=0, 01 %) au swap Eonia de même maturité. L'écart avec le swap nommé aussi spread d'émission dépend de plusieurs facteurs :

– la qualité de crédit de l'émetteur (le spread augmente avec le risque)  ;
– la durée d'émission (le spread augmente avec la durée)  ;
– la plus ou moins grande liquidité du marché (le spread augmente lorsque la liquidité diminue)  ;
– l'encours émis par l'émetteur (plus un émetteur fait appel au marché plus il risque de payer cher).

Le marché français du BT, créé en 1985 avec comme modèle l'USCP américain, a connu une progression significative tant en volume qu'en nombre d'émetteurs.

Le billet de trésorerie a été introduit à la Bourse de Paris le 18 décembre 1985.

S'il devait originellement permettre aux entreprises ayant une trésorerie excédentaire de placer leur cash en achetant des BT émis par des entreprises ayant des besoins de financement à court terme, le plus gros des achats (environ 70%) est actuellement réalisé par les fonds monétaires (Sicav, FCP) mais aussi par les sociétés d'assurances. C'est d'ailleurs ce gisement d'investisseurs (50% des fonds monétaires européens sont gérés en France) qui a contribué au succès de ce marché.

Aujourd'hui il est presque complètement intermédié par les banques et dans une moindre mesure par les courtiers. Les banques jouent le rôle d'agent placeur (dealers) mais ont comparé aux courtiers l'avantage de pouvoir faire de la «prise ferme», c'est-à-dire d'acheter les BT sans avoir d'investisseur déclaré au moment de la négociation. Elles peuvent alors garder une partie des BT acquiss en cas de non revente, on dit tandis qu'elles «portent» le papier dans leurs books et sont par conséquent en risque de crédit sur l'émetteur de la créance. L'ensemble des grandes banques actives sur ce marché ont un book de BT (d'une façon plus générale de TCN ce qui englobe les certificats de dépôts mais également les Euro commercial papers ou les US commercial papers). La taille de ce dernier fluctue selon les établissements et peut aller jusqu'à 10 milliards d'euros.

Voir aussi

Recherche sur Amazon (livres) :



Principaux mots-clés de cette page : trésorerie - entreprises - billet - marché - émetteur - durée - crédit - émis - grandes - particulièrement - france - euro - taux - monétaire - investisseurs - banques - spread - jour - besoin - notation -

Ce texte est issu de l'encyclopédie Wikipedia. Vous pouvez consulter sa version originale dans cette encyclopédie à l'adresse http://fr.wikipedia.org/wiki/Billet_de_tr%C3%A9sorerie.
Voir la liste des contributeurs.
La version présentée ici à été extraite depuis cette source le 26/10/2010.
Ce texte est disponible sous les termes de la licence de documentation libre GNU (GFDL).
La liste des définitions proposées en tête de page est une sélection parmi les résultats obtenus à l'aide de la commande "define:" de Google.
Cette page fait partie du projet Wikibis.
Accueil Recherche Aller au contenuDébut page
ContactContact ImprimerImprimer liens d'évitement et raccourcis clavierAccessibilité
Aller au menu